Img

26 mai 2022

L’amour inconditionnel. Ce qu’en pense Grand-Papa Pierre.

L’autre jour, ma conjointe et moi sommes allés chercher ce qu’on appelle un paquet d’abeilles dans une association d’apiculteurs, car nous faisons de l’apiculture depuis quelques années. Un paquet ou un essaim d’abeilles, c’est comme une famille constituée d’une mère, appelée la reine et de ses quelques milliers d’enfants, surtout des filles. Le maître apiculteur chargé de remettre les essaims aux apiculteurs présents, a émis la remarque suivante, lors d’un comportement inattendu du paquet d’abeilles en démonstration : « Une ruche a toujours quelque chose de mystérieux, d’inexplicable et d’imprévisible; c’est un être vivant formé de milliers de cellules que sont les abeilles, chacune agissant à sa façon, d’un accord plus ou moins clair avec l’ensemble de sa communauté ». Ce qui n’a pas manqué de susciter en moi quelques réflexions concernant les êtres vivants que sont nos familles.

Lorsqu’on est parent, on veut, bien entendu, le meilleur pour nos enfants : bonheur, réussite, prospérité, intégration sociale, etc., tout en espérant que ces chers petits, en plus, feront la fierté de leurs parents.  On comprend que tout cela implique un encadrement, des règles, des attentes afin d’orienter l’enfant dans la bonne direction, du moins, celle qui paraît la « bonne » pour le parent. Selon mon expérience et mes observations, dans nos familles comme pour les abeilles, il peut se produire des dénouements mystérieux, inexplicables, inattendus, et même déroutants, notamment : l’enfant ne réussit pas dans ses études comme souhaité, il a une personnalité difficile à comprendre et il manque de motivation, il ne semble pas bien mettre en valeur tous ses talents, il a des amis d’influence douteuse, il développe des habitudes possiblement nuisibles à sa santé, il a des doutes sur son orientation sexuelle. Je te laisse le soin d’identifier, s’il y a lieu, des difficultés inattendues dans ta relation avec ton enfant.

Heureusement, les bons parents sont dotés supposément de l’amour inconditionnel, comme je l’ai souvent entendu, ce qui devrait préserver l’harmonie de la relation parent-enfant. Moi-même ces temps-ci, je vis certaines difficultés avec mes propres enfants et la notion d’amour inconditionnel est ressortie : est-ce que je les aime vraiment sans conditions ? Je t’invite à réfléchir sur ce que signifie pour toi aimer sans condition, car la question se pose : qu’est-ce que l’amour inconditionnel ? Implique-t-il de tolérer n’importe quoi de l’enfant ? Peut-on effectivement aimer sans condition ? Comment se sentent les enfants s‘il y a des conditions dans l’amour que nous leur portons ?

On le sait, tout être vivant, comme un animal ou même un essaim d’abeilles, par exemple, celui-ci a besoin de conditions pour bien vivre et prospérer : une ruche adéquate pour l’abriter, de la bonne nourriture fournie par l’apiculteur, un environnement généreux en fleurs et en soleil, des soins contre les parasites, une bonne gestion des cadres de miel et de couvain et la participation de tous ses habitants. Et malgré tout ça, il y a encore des phénomènes inattendus et inexplicables, comme le disent tous les apiculteurs.

Une famille humaine, un peu comme une ruche, a besoin de conditions pour bien vivre et prospérer. On les connait toutes ces conditions pour ne nommer que celles-ci : une habitation saine et appropriée, de la bonne nourriture, de bonnes communications, de bons liens avec la Communauté, etc. En fait, pour que ces conditions existent, il faut de l’amour. Et c’est ainsi qu’il faut comprendre la relation entre l’amour et ses conditions : c’est l’amour qui crée les conditions pour que cet amour existe, et pas le contraire. Si on enlève de ces conditions, il se peut que l’amour en soit affaibli.

Par exemple, si je ne maintiens pas de bonnes communications avec mon enfant, il se sentira peut-être incompris et délaissé, et manifestera ce sentiment par des comportements peut-être inquiétants. Est-ce de l’amour inconditionnel que de l’accepter dans ces comportements inquiétants ? Serait-ce plutôt une condition manquante qui a engendré ce type de comportements?

Si je laisse mon enfant sombrer dans des addictions néfastes, est-ce de l’amour inconditionnel que de respecter ses choix de se faire du tort ? Il s’agit plutôt d’une condition manquante, celle d’assurer plus de présence et d’encadrement.

Donc, l’amour a besoin de conditions pour s’actualiser, sinon il s’effrite et s’éteint. Avant d’invoquer la notion d’amour inconditionnel pour accepter ou endurer une situation intenable de notre enfant, explorons donc la condition manquante qui a causé ladite situation.

Pour rendre les choses encore plus compliquées, comme pour les abeilles, il se peut que, même dans les meilleures conditions, l’enfant peut adopter des comportements ou faire des choix qui feront la désolation du parent. Ça fait partie des grands mystères de la Vie alors que chaque être humain est libre de conduire sa vie comme il l’entend. Ce n’est pas de l’amour inconditionnel dont il a besoin. En fait, c’est l’apprentissage ultime qu’un parent peut offrir à son enfant : lui apprendre à poser lui-même les bonnes conditions pour créer l’amour autour de lui.

 

Grand-Papa Pierre.

img